Translate

dimanche 24 septembre 2017

La BERD stimule le commerce en Tunisie avec une ligne de financement des échanges de 10 millions de dollars

EBRD boosts trade in Tunisia with $10 million trade finance line

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) aide la Tunisie à étendre le commerce international et intra-régional en fournissant une ligne de financement des échanges de 10 millions de dollars à l’Union internationale de banques (UIB), filiale de la Société Générale.

La ligne de financement des échanges permettra à l’UIB d’émettre des garanties en faveur des banques de confirmation et de fournir un financement en espèces pour le financement pré-exportation et post-importation ainsi que pour la distribution locale.

Des projets de coopération technique accompagneront cette facilité de financement des échanges, afin de transférer le savoir-faire et de partager les meilleures pratiques en la matière.

Antoine Sallé de Chou, responsable du bureau de la BERD en Tunisie, a déclaré : « Nous sommes très heureux d’accueillir l’UIB dans le cadre de notre programme de facilitation des échanges, qui stimulera le commerce transfrontalier dans le pays, couvrira les exportateurs et importateurs tunisiens et contribuera à la croissance économique globale. »

Lancé en 1999, le programme de financement des échanges de la BERD vise à promouvoir le commerce extérieur à destination, en provenance et entre les pays dans lesquels la BERD investit. Dans le cadre du programme, la BERD offre des garanties aux banques internationales de confirmation et des prêts à court terme à certaines banques et sociétés d’affacturage pour les prêts aux exportateurs locaux, aux importateurs et aux distributeurs.

Depuis septembre 2012, au lancement des opérations de la BERD en Tunisie, la Banque a investi 364 millions d’euros dans 25 projets dans le pays.

Pour en savoir plus

Also available in

Maroc/Données personnelles : L’Europe serre les vis


Les entreprises ont été sommées de se conformer au nouveau règlement concernant la protection des personnes physiques, à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données.

En effet, la Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel (CNDP) recommande aux entreprises concernées, qui ne l’ont pas encore fait, d’initier un projet de conformité au nouveau règlement européen appelé «RGPD», afin d’éviter les sanctions très lourdes, prévues par le nouveau règlement et qui peuvent atteindre 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires mondial.

Qu’est-ce que le RGPD

Le Règlement européen n° 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données est entré en vigueur le 24 mai 2016, soit vingt jours après sa publication au Journal officiel de l’Union européenne. Il sera désormais appliqué directement dans les 28 Etats membres à partir du 25 mai 2018.

Ce nouveau règlement, dénommé RGPD en français et GDPR en anglais, remplace et abroge la Directive 95/46/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 octobre 1995. Il vise à accompagner le développement effréné de la science et des technologies en unifiant et en renforçant la protection des données personnelles en Europe.

Quelles nouveautés?

Une des principales caractéristiques du RGPD est son champ d’application territorial qui peut couvrir, contrairement aux transpositions nationales de la directive 95/46/CE, des entreprises marocaines lorsqu’elles opèrent des traitements de données à caractère personnel, visant des individus qui se trouvent dans le territoire de l’Union. Aussi, le nouveau règlement a-t-il étendu aux sous-traitants, telles les entreprises marocaines opérant dans le secteur de l’Offshoring, une large partie des obligations réservées auparavant aux responsables de traitement installés sur le territoire européen.

Outre les droits traditionnels (information, accès, rectification, opposition, restriction du profilage automatisé servant de base à une décision, etc.), le RGPD a introduit de nouveaux droits pour les individus, tels le renforcement des conditions applicables au consentement, notamment celui des enfants, le droit à l’oubli, le droit à la limitation du traitement et le droit à la portabilité des données.

Que faire au Maroc?

Les organismes marocains concernés par le RGPD doivent être en mesure de démontrer qu’ils ont pris toutes les mesures techniques, organisationnelles et juridiques garantissant le respect des obligations prévues par le règlement, notamment la réalisation de l’analyse d’impact sur la vie privée des traitements mis en œuvre, la préparation et la mise à jour de la cartographie des traitements et des données (Data mapping), la désignation d’un délégué à la protection des données, la notification des violations des données personnelles (Data Breach Notification), le respect des droits à l’oubli, de limitation et de portabilité des personnes concernées, etc.

Consciente des risques encourus par les organismes marocains concernés par ce règlement, en cas de violation de ses dispositions et de l’impact éventuel sur la compétitivité de certains secteurs d’activité, la CNDP a procédé à l’analyse de cette nouvelle loi communautaire, afin d’identifier les différentes actions d’accompagnement qui peuvent être menées au profit des acteurs marocains concernés.

A cet effet, une rubrique dédiée au RGPD a été ajoutée, en mai 2017, au site Internet de la CNDP, afin de permettre aux entreprises concernées de s’initier au nouveau règlement et d’autres actions d’accompagnement identifiées, en concertation avec les départements ministériels et les fédérations professionnelles concernés, seront programmées dans les mois à venir. Selon la CNDP, une cellule de travail peut être contactée à l’adresse électronique RGPD@cndp.ma, pour toute question ou éclaircissement relatifs à ce sujet.

ParHamid Dades - Source de l'article Le Reporter

Des entreprises tunisiennes et allemandes explorent le potentiel d’avenir de l’énergie éolienne en Tunisie


Dans un objectif de renforcer la coopération tuniso-allemande dans le secteur des énergies renouvelables, l’AHK Tunisie a organisé, mardi 19 septembre, un séminaire sur «L’énergie éolienne en Tunisie». 

Le nouveau ministre de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, Khaled Kaddour, et des experts du domaine et autres représentants d’entreprises allemandes et tunisiennes ont présenté l’évolution et les opportunités liées au secteur de l’énergie éolienne.

Khaled Kaddour a mis en exergue les bonnes relations entre l’Allemagne et la Tunisie depuis des années, précisant que notre pays ambitionne de créer un climat des affaires attractif afin d’attirer des investisseurs étrangers.

L’ambassadeur d’Allemagne en Tunisie, Dr. Andreas Reinicke, affirmera pour sa part que son pays souhaite soutenir la transition énergétique en Tunisie.

Quant au directeur général de l’AHK Tunisie, Dr. Martin Henkelmann, il a souligné que la venue d’une telle délégation allemande reflète le grand intérêt que portent les entreprises allemandes pour le marché de l’énergie éolienne et l’existence d’un grand potentiel de coopération entre les sociétés allemandes et tunisiennes dans ce domaine. Selon lui, il est maintenant primordial d’utiliser le potentiel des énergies renouvelables en Tunisie, et que chaque acteur, de l’administration au secteur privé, se doit d’assumer sa propre responsabilité.

Ce séminaire a été organisé dans le cadre du programme de promotion de l’énergie initié par le ministère fédéral allemand de l’Economie et de l’Energie, en collaboration avec le partenaire allemand RENAC International. L’initiative soutient les entreprises allemandes et tunisiennes à développer le partenariat dans le domaine de l’énergie.

A cette occasion, l’AHK Tunisie organise, entre le 18 et le 22 septembre, la visite d’une délégation d’hommes d’affaires allemands opérant dans le secteur de l’énergie éolienne. Les rencontres B2B avec des sociétés tunisiennes, durant ce voyage de délégation, vont permettre aux entreprises participantes de prospecter de nouvelles coopérations, de transférer leur savoir-faire et de renforcer les contacts.

Source de l'article Webmanagercenter

Faites la connaissance de Moncef, un entrepreneur social qui commercialise les produits d’artisans locaux avec l’aide de l’UE

Meet Moncef, a social entrepreneur marketing local artisans with the help of the EU

Moncef a combiné sa formation en informatique avec son amour de l’artisanat pour lancer une entreprise de commerce électronique qui vend les œuvres d’artisans locaux en Tunisie. 

Avec l’aide de l’UE, il vise maintenant à étendre son activité à de nouveaux marchés. Découvrez l’histoire de Moncef et ses ambitions dans la dernière vidéo de EU Neighbours South, qui montre comment l’UE investit dans des esprits jeunes et novateurs pour créer un avenir meilleur en Méditerranée.

Avec l’aide du programme SEED EURO-MED financé par l’UE, qui soutient les entrepreneurs sociaux, Moncef a lancé la plateforme Internet Quartaj.com. Le programme met en contact de jeunes entreprises avec des entreprises bien établies en Europe.

« Notre projet a un énorme potentiel. Dans cinq ans, nous prendrons la tête du marché », explique Moncef.

Financé par l’UE dans le cadre de la nouvelle initiative euro-méditerranéenne pour la promotion de l’emploi des jeunes, SEED EURO-MED a soutenu le développement de l’entrepreneuriat social en Europe et en Méditerranée, afin de favoriser une croissance et des emplois solides, durables et inclusifs dans la région méditerranéenne et l’Europe par le biais de l’esprit d’entreprise et de l’entrepreneuriat social.

La vidéo est la cinquième des neuf entrevues présentant les témoignages de jeunes du sud de la Méditerranée qui ont bénéficié du soutien de projets de l'UE.

Les vidéos sont publiées sur la page Facebook d’EU Neighbours South, ou peuvent être visionnées sur la chaîne YouTube du projet.

Elles font partie de la campagne #EU4YOUTH axée sur les médias sociaux (Facebook, Twitter) qui a pour but de faire connaître les initiatives financées par l’UE en faveur des jeunes dans les pays du voisinage du Sud : Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine et Tunisie. La campagne vise un million de jeunes âgés de 18 à 35 ans dans les pays du voisinage sud de l’UE.

Pour en savoir plus
SEED EURO-MED - Site internet

Also available in

Le tourisme méditerranéen a le vent en poupe, selon le baromètre OMT

TOURISM MOROCCO

Le premier semestre 2017 a été des plus rentables pour le tourisme mondial. Selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), au premier semestre 2017, "les destinations à travers le monde ont accueilli 598 millions de touristes internationaux". 

Ce qui représente 36 millions de touristes de plus, par rapport à la même période de l'année dernière.

A quelques jours de l’ouverture de la 22ème session de l’Assemblée générale de l’OMT, qui se tiendra à Chengdu (Chine) du 13 au 16 septembre 2017, le dernier baromètre OMT indique une croissance qui a particulièrement bénéficié aux pays du bassin méditerranéen.

La région du Moyen-Orient a vu le nombre de ses touristes croître de 9% et celle d’Europe du Sud et méditerranéenne de 12%. Mais la hausse la plus importante se trouve en Afrique du Nord, région qui a enregistré une augmentation de 16% du nombre de touristes par rapport à 2016.

Reprise en Afrique du Nord

Une croissance qu'explique l'OMT par "la bonne santé de nombreuses destinations de la région, combinée à une forte reprise dans certaines destinations qui avaient enregistré une baisse ces dernières années, comme la Turquie, l’Égypte et la Tunisie".

Aussi, le secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai, indique-t-il que cette hausse trouve son origine dans la reprise du tourisme dans des zones ayant subi des problèmes de sécurité au cours des années précédentes.

Une hausse que l'OMT explique également par une demande croissante de la part des "marchés émetteurs". Et de préciser que "le Canada, la Chine, la France, l’Espagne, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et les États-Unis, en particulier, ont de nouveau signalé une forte croissance des dépenses effectuées par les marchés émetteurs", explique l'organisme.

Selon le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l'Artisanat et de l'Economie sociale, 4,6 millions de touristes ont visité le Maroc entre les mois de janvier et juin 2017. Une hausse qui a concerné les principaux marchés émetteurs, en particulier l’Allemagne (+12%), l'Espagne (+7%) et la Hollande (+8%).

Source de l'article Huffpostmaghreb

Festival Euro-méditerranéen de la santé visuelle à Gabès du 11 au 15 octobre 2017


Du 11 au 15 octobre 2017, Gabès accueillera plus de 150 professionnels venus de plusieurs pays méditerranéens (France, Italie, Allemagne, Liban, Maroc, Jordanie, Algérie, etc.) à l’occasion de la première édition du festival Euro-Méditerranéen de la santé visuelle, organisé par la Chambre syndicale régionale des opticiens optométristes de Gabès (UTICA).

L’événement phare de ce festival sera un séminaire scientifique durant lequel d’éminents experts tunisiens et internationaux des secteurs de l’optique et de l’ophtalmologie présenteront les dernières études publiées à l’échelle internationale liées à la santé visuelle pour débattre, ainsi que les dernières nouveautés mondiales dans le domaine de l’équipement optique et de prise en charge des différentes anomalies visuelles.

Cet événement, rappellent ses organisateurs, se déroule dans le cadre de la Journée mondiale de la vue, créée en 2000 par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et célébrée chaque année le deuxième jeudi du mois d’octobre, «pour sensibiliser l’opinion au problème de la cécité dans le monde, et plus particulièrement la prévention tout en œuvrant à concrétiser les “objectifs de vision 2020 de l’OMS“, et les Objectifs du développement durable de l’ONU».

A travers cette manifestation, les responsables de la Chambre syndicale régionale (UTICA) ont pour objectif, ainsi qu’ils l’expliquent dans un communiqué, de mettre en exergue «les points forts de ce secteur et (…) sa valeur ajoutée afin de rendre la Tunisie un hub régional et la hisser parmi les pays les plus développés dans le secteur de la santé visuelle et de contribuer à faire d’elle une plateforme incontournable du dialogue des civilisations surtout en matière scientifique et médicale afin qu’elle soit capable d’attirer les experts, les investisseurs, les clients et malades étrangers».

Pour marquer l’événement, la Chambre syndicale a programmé des visites ophtalmologiques et des opérations chirurgicales gratuites et compte offrir des lunettes aux plus démunis parmi les personnes auscultées.

L’éducation jouant un rôle capital en matière de santé, la première édition du festival Euro-Méditerranéen de la santé verra l’organisation d’un concours de peinture sur le thème de la prévention oculaire dans le but de sensibiliser les jeunes à son importance dans la santé visuelle, ainsi qu’une rencontre scientifique de sensibilisation destinée aux enseignants afin de les doter des techniques de diagnostic précoce des anomalies et des maladies oculaires.

Le premier Festival Euro-Méditerranéen de la santé visuelle sera enfin une occasion pour faire la promotion de Gabès d’un point de vue touristique, plus particulièrement dans le domaine du tourisme de santé. Ce sera fait grâce aux excursions et visites guidées qui seront organisées au profit des participants au festival, qui pourront ainsi découvrir le cadre enchanteur et les merveilles de l’Oasis de Chenini, les stations géothermales, et les monts Toujane.

Source de l'article Webmanagercenter

4ème Conférence euro-arabe sur le soutien aux PME | Vision des OSE à l'horizon 2030

Résultat de recherche d'images pour "Conseil euro-arabe des entreprises (EABC)"

Dans le cadre du renforcement de la coopération entre les pays arabes et européens pour soutenir et développer les petites et moyennes entreprises (PME), le Conseil euro-arabe des entreprises (EABC) organise la quatrième Conférence euro-arabe pour soutenir les PME, en novembre 2017, à Amsterdam, Pays-Bas (date à définir).

Le Conseil euro-arabe des entreprises pour les PME (EABC) est une organisation régionale à but non lucratif créée avec le soutien de l'UE et de la Ligue des États arabes et indépendante sur le plan financier et administratif.

Il vise à renforcer le niveau de coopération et de partenariat euro-arabes dans le secteur des PME, établir des liens avec les programmes de financement et les fonds lancés par les pays des deux régions pour soutenir les PME bénéficiant de ces programmes et fonds pour les projets inclus dans le plan du Conseil, en optimisant l'utilisation des possibilités de formation et de réhabilitation offertes par certains pays européens pour le développement des PME dans les pays arabes.

Organisateur : EABC

Source de l'article Animaweb

Cadre de partenariat pour les migrations : la gestion conjointe des flux migratoires donne des résultats positifs le long de la route de la Méditerranée centrale

EUNAVFOR MED

D’après un rapport d’avancement relatif au cadre de partenariat pour les migrations, présenté ce jour par la Commission européenne et la Haute représentante pour les affaires étrangères, les mesures mises en place avec les partenaires en Afrique pour améliorer la gestion des migrations le long de la route de la Méditerranée centrale commencent à porter leurs fruits.

« Le nombre de morts tragiques en mer a diminué sensiblement durant l’été tout comme celui des migrants qui traversent la Méditerranée centrale », indique un communiqué de presse de l’Union.

Conjointement avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’UE a aidé plus de 11 000 migrants originaires de Libye et du Niger à retourner volontairement dans leur pays. L’UE et ses États membres ont intensifié leurs efforts afin de sauver des vies humaines, de démanteler le modèle économique des passeurs et des trafiquants, de lutter contre les causes profondes des migrations et de travailler en partenariat avec les pays d’origine et de transit des migrants tout en défendant les valeurs européennes et en respectant les droits de l’homme.

Mme Federica Mogherini, Haute représentante, s’est exprimée dans les termes suivants : « Nous sommes enfin sur la bonne voie. Lorsque nous parlons de migration, nous avons coutume de dire que nous sommes confrontés à un défi complexe, mais nous ne devrions jamais oublier qu’il est question de la vie de centaines de milliers d’êtres humains. L’UE est au premier plan lorsqu’il s’agit d’aider concrètement et de protéger les migrants. »

Le partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’OIM a été renforcé tout le long de la route de la Méditerranée centrale avec la mise en place de programmes spécifiques destinés à protéger et à venir en aide aux migrants, notamment pour les soins de santé primaires, l’accès aux documents ainsi que l’aide au retour volontaire et à la réintégration des personnes rapatriées.

Les mesures prises le long de la route de la Méditerranée centrale ont encore été renforcées, avec la poursuite des opérations de recherche et de sauvetage en mer, de la coopération avec les pays voisins de la Libye et des retours volontaires. Un projet doté d’une enveloppe de 46,3 millions d’euros a été approuvé dans le cadre du fonds fiduciaire pour l’Afrique afin de renforcer les capacités des autorités libyennes en matière de gestion des frontières et des migrations.

La formation des garde-côtes libyens et le renforcement de leurs capacités progressent dans le cadre du projet « Seahorse » et de l’EUNAVFOR MED opération SOPHIA.

Pour en savoir plus

Also available in